Contenu principal

Message d'alerte

Generation Le congé de solidarité familiale permet à un fonctionnaire de s'absenter pour assister un proche souffrant d'une pathologie mettant en jeu le pronostic vital ou est en phase avancée ou phase terminale d'une affection grave et incurable quelle qu'en soit la cause.
Le fonctionnaire peut demander à bénéficier du congé de solidarité familiale :
   - pour une période continue d'une durée maximale de trois mois, renouvelable une fois ;
   - par périodes fractionnées d'au moins sept jours consécutifs, dont la durée cumulée ne peut être supérieure à six mois ;
   - sous forme d'un service à temps partiel dont la durée est de 50 %, 60 %, 70 % ou 80 % du temps de service que les fonctionnaires à temps.
Le congé de solidarité familiale prend fin soit au terme des trois mois (six mois en cas de renouvellement ou de cumul maximal des périodes fractionnées), soit dans les trois jours qui suivent le décès de la personne accompagnée, soit à la demande du fonctionnaire
Une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie est versée sur demande du fonctionnaire bénéficiaire du congé de solidarité familiale. Son montant est revalorisé comme l'allocation journalière de présence parentale.
Le nombre maximal d'allocations journalières versées au fonctionnaire est fixé à 21.
En cas de service à temps partiel, le nombre maximal d'allocations journalières est fixé à 42

Une allocation de congé de solidarité familiale peut être accordée par la mutuelle aux membres participants en activité dans la limite de trois mois renouvelable une fois.

Téléchargez le formulaire d'aide


Un prêt peut être également attribué dans le cadre de ce congé de solidarité familiale.

Télécharger le formulaire de demande de prêt